A propos

Dans le domaine du cuir, les Nigériens ont acquis depuis des siècles une maîtrise inégalée depuis le tannage jusqu'aux finitions les plus fines. Les Haoussa et les Touareg sont de remarquables maroquiniers, femmes et hommes ayant chacun leurs spécialités. Les sandales ou takalmi font la fierté des cordonniers haoussa : la peau brute de vache ou de chameau est débarrassée de ses poils et de la viande avec un racloir, puis elle est frappée au moyen d'un gourdin pour obtenir l'assouplissement nécessaire à son travail. La peau est alors découpée en semelle pour être recouverte de cuir rouge de mouton ou de chèvre, avec des décorations vertes, jaunes, et parfois des incrustations de cuivre (pour les ighatemen des Touareg, plus particulièrement fabriquées à Ingall, Agadez et Intuilla au nord de Dakoro). On peut acheter des peaux tannées et teintes en rouge dans tous les marchés du Niger et observer les techniques des tanneurs au bord du fleuve Niger à Niamey, en contrebas du Grand Hôtel. A Zinder, on trouve de très belles sacoches traditionnelles arrondies, qui présentent une technique d'assemblage de fines lanières colorées permettant de combiner des motifs avec beauté.

Publicité
  • Pas encore de commentaire.
  • Ajouter un avis